Viva la revolution !

Lundi 22 mai : les deux classes de 4ème ainsi que leur famille se sont tous retrouvés au théâtre Dunois pour la restitution du projet l’art de la fugue !

Par la mise en scène théâtrale de certains passages du livre sur lequel les jeunes se sont appuyés pour la création de leurs court-métrages, ils ont pu montrer à leur famille la façon dont ils ont procédé.

 

 

 

 

 

 

 

Accompagnés par Clément et sa clarinette ainsi que par Edgar et ses précieuses indications, les jeunes ont présenté en alternance des scènes théâtrales et des lectures chorales. Leur interprétation rythmée par la musique s’est même vu accompagner par le son du beat-box créé par l’un des élèves.

Cette présentation a permis aux parents de découvrir l’histoire de Mina, de sa grand-mère et des trois sœurs de celle-ci qui ont vécu en République-dominicaine à l’époque de la dictature. Une partie de l’histoire écrite par Elise Fontenaille, dans Les Trois sœurs et le dictateur a donc été représentée sur scène.

D’une scène de retrouvailles émouvantes, à celle d’une humiliation en passant par une arrestation très violente, les jeunes ont pu montrer un panel d’émotions différentes. Terminant sur un tableau commun, les jeunes brandissant le point ont lancé un hymne à la liberté : Viva la libertad !

Ils ont ensuite pu rejoindre le public et regarder le résultat tant attendu de leur travail : le court métrage réalisé par Edgar grâce aux scènes qu’ils ont tourné au cœur du collège.

Se sont donc succédés sous le regard et le sourire ravies des jeunes et du public, les deux making of illustrant la façon dont ces courts-métrages ont été tournés dans le rire et la bonne humeur. Puis les deux films, davantage sérieux et graves ont été projetés, mettant en avant le talent de chacun des jeunes.

Très impressionnés par le résultat de leur travail, les jeunes sont rentrés chez eux extrêmement satisfait !

L’art de la Fugue
Collège Elsa Triolet
Résidence territoriale en établissement scolaire
Classe : 4ème

Enseignantes :
Caroline Le Bourhis
Delphine Sher
Marie Anne Clavier
Séverine Pin (documentaliste)

Intervenants :

Edgar Baylet Fernandez
Clément Caratini
Pierre Riandet
Ezequiel Spucches
Marc Baylet Delperier
Ivan Solano
Jean Pouletty

« L’art de la fugue » : vendredi 6 février 2017

L’heure de la dernière séance de l’Art de la Fugue a déjà sonné pour les 4ème1, en cette veille de vacances d’hiver. Edgar est accompagné de Jean, cadreur, qui l’épaule à la vidéo. Aujourd’hui, tournage en extérieur ! Les scènes nécessitent que presque tous les élèves de la classe participent, il faut donc un lieu assez grand et la cour de récréation semble toute indiquée. « Viva la revolution ! » scandent-ils tous en chœur. Et malgré la pluie qui commence à tomber, il faut aller au bout !artdelafugue

Cette première partie de séance est rythmée par le tournage de scènes dynamiques que les élèves prennent plaisir à jouer. Eh oui, crier et courir partout, on le fait aussi au théâtre !

Ensuite, retour au calme pour refilmer deux scènes qui avaient besoin d’être améliorées.

Et finalement, après des mois de travail… c’est dans la boîte !

Les élèves devront patienter avant de découvrir le fruit de leur travail, la restitution ayant lieu le 22 mai au Théâtre Dunois. Mais pour l’heure, place aux vacances. Avant de partir, Edgar recueille quelques impressions d’élèves en improvisant de petites interviews. Les avis sont plutôt unanimes, tout le monde a beaucoup apprécié le projet et a aimé s’impliquer les vendredis après-midi. Qui sait, peut-être que certains se sont découvert une passion pour le jeu d’acteur…

artdelafugue2

L’art de la Fugue
Collège Elsa Triolet
Résidence territoriale en établissement scolaire
Classe : 4ème

Enseignantes :
Caroline Le Bourhis
Delphine Sher
Marie Anne Clavier
Sévrine Pin (documentaliste)

Intervenants :

Jean Pouletty
Edgar Baylet Fernandez
Marc Baylet-Delperier
Ivan Solano
Clément Caratini

 

« L’art de la fugue » : vendredi 6 janvier 2017

Cette semaine et la semaine dernière, les choses sérieuses ont commencé pour les élèves de 4ème1 : le tournage a débuté. Derrière la caméra, Edgar. A l’aide à la mise en scène, Marc. Silence sur le plateau, ça tourne, action ! Il y a, en tout, une dizaine de scène à tourner et donc pas de temps à perdre. Après tout, il ne reste que 4 séances !

La première séance sert surtout à ce que chacun prenne ses marques et apprivoise la caméra. Les élèves sont tous mobilisés. Technicien lumière, assistant son, scripte, chacun joue un rôle important. L’idée est de récréer l’ambiance d’un vrai plateau de cinéma. Et bien sur, au centre de l’attention, se trouvent les apprentis acteurs ! Les choses prennent du temps, la mise en place est longue. Résultat, une seule scène peut être tournée. Mais chacun aura pu ainsi se rendre compte que c’est un métier qui, au-delà du talent, demande aussi beaucoup de patience.

Ce vendredi 20, néanmoins, tout le monde est déterminé à être plus efficace. Si l’on tient à aller au bout du projet, alors il faut être mobilisé à 100% ! Objectif : tourner 3 scènes en 2h. Finalement, grâce à la concentration et au sérieux de chacun, le défi est relevé haut la main. La caméra semble faire moins peur aux élèves et chacun se glisse avec bonne volonté dans la peau de son personnage. Dans une pièce voisine, Clément enregistre les voix-off lues par les élèves. Elle seront ajoutées au film lors du montage.

Le tournage continuera la semaine prochaine, avec trois autres scènes.

L’art de la Fugue
Collège Elsa Triolet
Résidence territoriale en établissement scolaire
Classe : 4ème

Enseignantes :
Caroline Le Bourhis
Delphine Sher
Marie Anne Clavier
Sévrine PIN (documentaliste)

Intervenants :
Edgar Baylet Fernandez
Marc Baylet-Delperier
Ivan Solano
Clément Caratini

« L’art de la fugue » : vendredi 6 janvier 2017

 

Après deux semaines de vacances, il est l’heure de la reprise des cours et des ateliers pour les élèves du collège Elsa Triolet. Ce vendredi, les 4ème1 ont présenté devant Marc Baylet-Delperier, metteur en scène du spectacle Kamchatka, les petites scènes répétées avec Edgar avant les vacances. Pas le temps de réfléchir, il faut se lancer ! Ce n’est jamais facile de jouer devant un nouveau visage, mais tous s’en tirent bien et reçoivent les félicitations de Marc. Maintenant, il faut pousser les choses plus loin ! Chaque scène est reprise et décortiquée, les élèves sont encouragés à incarner à fond leurs personnages.

fugue1

Une scène de danse vient toutefois semer le trouble en milieu de séance. Garçons et filles sont invités à danser ensemble… ce qui ne plaît ni aux uns, ni aux autres ! Mais c’est aussi cela le théâtre, apprendre à jouer avec l’autre et surtout, à mettre de côté son « moi » de tous les jours et savoir se glisser dans la peau d’un autre. Finalement, après quelques minutes de discussion, tout le monde se prête au jeu et la classe se transforme en belle salle de bal.

fugue2

La semaine prochaine, place à la caméra. Edgar filmera les élèves en train de jouer ces scènes, et il ne faudra pas se laisser déstabiliser !

L’art de la Fugue
Collège Elsa Triolet
Résidence territoriale en établissement scolaire
Classe : 4ème

Enseignantes :
Caroline Le Bourhis
Delphine Sher
Marie Anne Clavier
Sévrine Pin (documentaliste)

Intervenants :
Edgar Baylet Fernandez
Marc Baylet-Delperier
Ivan Solano
Clément Caratini

 

« L’art de la fugue » : vendredi 18 octobre

Aujourd’hui, un pas de plus a été fait en direction du court métrage. Les élèves des deux classes de 4ème ont travaillé sur l’adaptation du texte d’Elise Fontenaille, « Les trois sœurs et le dictateur ».

Pour réaliser un court métrage, l’intégralité du texte ne peut être utilisée, cela serait trop long. Edgar nous apprend qu’une page fait approximativement une minute à l’écran, ce qui ferait un film de… 70 minutes ! C’est beaucoup trop long. Les élèves vont réaliser un court métrage d’une quinzaine de minutes.
Ils doivent donc choisir et sélectionner les scènes et moments importants tout en prenant en compte la compréhension de l’histoire par le spectateur.

Les élèves ont ainsi pu travailler par petits groupes sur différents chapitres et mettre en exergue l’intrigue principale, les dialogues et les personnages essentiels de chaque scène.

img_0611

La mise en scène, le jeu, la présence ou l’absence de voix off ont également été pensés et travaillés lors de cette séance. Les acteurs ont été « castés », des combines ont été développées pour palier au manque d’acteurs.
Enfin, il a fallu répéter avant l’entrée en scène et dire à Clément ce que la musique qui accompagnera l’extrait devra exprimer.

Et maintenant, il est l’heure de présenter le résultat à la classe.
Silence sur le plateau, moteur au son ça tourne, moteur à l’image ça tourne, action !


La clarinette de Clément commence à jouer, les élèves entrent sur le plateau ou y sont déjà installés et commencent à jouer.

Coupez !

Le réalisateur intervient. Il va falloir tourner la scène à nouveau. Vous ne parliez pas assez fort, l’intention n’y était pas, on a rien ressenti, pas d’émotions alors que c’est une scène dramatique.

La séance se termine. Il faudra reprendre ce travail lors de la prochaine séance.

L’art de la Fugue
Collège Elsa Triolet
Résidence territoriale en établissement scolaire
Classe : 4ème

Enseignantes :
Caroline Le Bourhis
Delphine Sher
Marie Anne Clavier
Sévrine PIN (documentaliste)

Intervenants :
Edgar Baylet Fernandez
Marc Baylet-Delperier
Ivan Solano
Clément Caratini

 

« L’art de la fugue » : vendredi 14 octobre

Le deuxième atelier avec les élèves de la 4e2 du collège Elsa Triolet s’est axé autour de la musique.

La musique est un élément essentiel d’une oeuvre audiovisuelle. Pour le comprendre, il faut faire attention aux émotions qu’elle procure, aux images qu’elle renvoie et mettre en action son imagination pour pouvoir se projeter.

Les deux artistes Clément Caratini et Ivan Solano, à l’aide de leurs clarinettes, ont ainsi improvisé un morceau et demandé les ressentis des élèves :

« C’est sombre »

« J’ai l’impression que ça se passe dans une grotte »

« J’ai vu une scène du livre « Les trois sœurs et le dictateur », le moment de l’accident de voiture »

Dans un second temps, les élèves ont eu à maîtriser quelques notions musicales pour pouvoir exprimer les nuances qu’ils souhaiteront pour habiller leur histoire.

Pianissimo, piano, mezzo piano, mezzo forte, forte, fortissimo

Crescendo, decrescendo

img_0258

L’atelier s’est ensuite déroulé autour de la création de thèmes selon des situations.

Où se déroule le roman « Les trois sœurs et le dictateur » ? Dans quelle zone du globe ? A la ville ou à la campagne ? Quel est le climat ?

La scène sur laquelle les collégiens ont décidé de travailler se passe à la montagne. Comment la représenter musicalement ?

Les deux artistes ont ainsi proposé un thème sur lequel les enfants ont réagi. « Non ce n’est pas vraiment la montagne, là c’est trop triste. Il faut plus d’aigus et que ce soit plus dynamique. Et des bruits de la nature. »

Une nouvelle proposition musicale a ainsi été jouée à laquelle s’est ajouté des bruitages. Tout le monde participe ! Qui fait les cigales ? Qui fait le vent ? Qui fait les oiseaux ? Il faut un chef d’orchestre par catégorie de bruit. Il va devoir gérer les nuances en écartant ou en rapprochant ses mains.

Le même travail a été réalisé afin de caractériser les trois sœurs, l’une joyeuse, l’autre aventurière et la dernière rebelle mais surtout, toutes belles !

La séance s’est terminée par la restitution des quatre thèmes créés.

L’art de la Fugue
Collège Elsa Triolet
Résidence territoriale en établissement scolaire
Classe : 4ème

Enseignantes :
Caroline Le Bourhis
Delphine Sher
Marie Anne Clavier
Sévrine PIN (documentaliste)

Intervenants :
Edgar Baylet Fernandez
Marc Baylet-Delperier
Ivan Solano
Clément Caratini

A la découverte des œuvres street art du 13ème arrondissement

Dans le cadre de l’école du spectateur, les élèves des 4ème 2 et 5 (SEGPA) du collège Elsa Triolet ont pu admirer les fresques street art de leur quartier (13ème arrondissement). Cela fait écho au spectacle Straces (de Marc Baylet-Delperier) qu’ils iront voir prochainement au théâtre Dunois.

Obey, Invader, C 215, Janaundjs, Jorge Rodriguez-Gerada sont autant d’artistes et de techniques que les collégiens ont pu découvrir.

Collage, pochoir, bombe aérosol, marteau piqueur et burin
Fresque commandée, graffiti vandale, soin porté à l’œuvre

Il n’est pas toujours évident de savoir ce qui est street art et ce qui ne l’est pas. Un collage a demandé une réflexion et une création artistique même si « ce n’est qu’un papier collé sur un mur » comme le pensaient les élèves.

img_0103

Comment considérer ce que l’on voit dans la rue ? Est-ce que tout est street art ? Qu’est-ce qui le qualifie ? Quels sont les lieux appropriés ?

Les élèves ont ainsi pu porter une réflexion sur un art un plein essor auquel ils sont en contact au quotidien.

Enseignantes :
Caroline Le Bourhis
Delphine Sher
Marie Anne Clavier
Sévrine PIN (documentaliste)

Intervenant :
Edgar Baylet Fernandez